vendredi 14 mars 2008

Elzéard Rougier (Flégier sculpteur)

Toujours dans le cadre de l’exposition de Tête à tête (Préfecture des Bouches-du-Rhône, journées du patrimoine, septembre 2007) :


Flégier, Elzéard Rougier, bas-relief en bronze, 1928
53 cours Franklin-Roosevelt, 5e arrondissement

Le 53 cours Franklin-Roosevelt, modeste trois-fenêtres, a longtemps abrité Elzéard Rougier (1857-1926), journaliste, écrivain, poète, critique d’art et défenseur du santon d’argile marseillais, qui occupe « une place importante dans la vie artistique et littéraire des premières décennies du XXe siècle » (R. Bertrand). À sa mort, le Syndicat des Santonniers demande à la Ville de Marseille de baptiser une rue à son nom ; de fait, la rue Foucou, entre les 4e et 12e arrondissements dans le quartier de Montolivet, porte depuis novembre 1927 le nom de boulevard Elzéard-Rougier.
Un second hommage lui est rendu par la pose – pour ne pas dire l’incrustation – d’un bas-relief en bronze au-dessus de la haute et étroite porte d’entrée dudit immeuble. L’œuvre est inaugurée le 12 décembre 1928. Plus intéressant que la traditionnelle plaque de marbre gravée et très original par le matériau employé – le bronze s’avère rarissime sur les façades marseillaises –, le bas-relief présente le portrait souriant de l’homme de lettres avec sa grosse moustache et sa lavallière (un signe distinctif de l’artiste !) ; elle comporte en outre les indications identitaires : nom, dates de naissance et de mort, statut (poète marseillais).
La sculpture est signée d’un certain Flégier. Cet artiste est inconnu, mais quelques hypothèses peuvent être formulées : sans doute est-il apparenté au compositeur et aquarelliste marseillais Ange Flégier (1846-1927) ; or ce dernier a été portraituré en 1923 par le sculpteur François Carli (1872-1957), lui-même intime d’Elzéard Rougier. Peut-être alors s’est-il formé dans l’atelier de Carli ? Peut-être enfin s’agit-il du peintre (et sculpteur ?) Edmond Flégier dont le Palais Longchamp conserve une œuvre (La Route d’Allauch, 1935) ?

Addenda du 17 août 2010 : suite au message d'Yvane Mangepan-Besson, je ré-attribue l'oeuvre à son père, Maurice Mangepan-Flégier.

1 commentaire:

Contact Angle Art Contemporain a dit…

Je suis la fille du sculpteur. Son nom est Maurice MANGEPAN-FLEGIER (neveu de Ange Flégier, compositeur de musique). Je possède des documents à votre disposition. Vous pouvez me contacter à contact@angle-art.fr. Vous pouvez aussi consulter un article de "Semaine Provence" n°898 écrit par Pierre Gallocher consacré à mon père.

Yvane Mangepan-Besson