mardi 15 avril 2008

Immeuble Lombard (Henri Lombard sculpteur ?)

Nouvelle incursion dans les notices de l’exposition Tête à tête :

Henri Lombard ?, Têtes-consoles en pierre, 1900
Immeuble Lombard, 22, rue Bel-Air, 6e arrondissement

Après ses études d’architecture à l’École des Beaux-Arts de Marseille, Frédéric Lombard (1850-1906) voit sa carrière prendre son véritable essor au tournant des années 1890 : il obtient notamment le lotissement d’une part importante de la rue Colbert (n°1, 3, 5, 12 et 20). Parallèlement, il s’investit dans la Société des Architectes des Bouches-du-Rhône, dont il construit le petit hôtel en 1902 sur l’avenue du Prado : il y exerce successivement les fonctions de trésorier (1895), de vice-président (1896-1897) et de président (1898).
C’est donc un architecte bien implanté professionnellement qui se construit, à la toute fin du XIXe siècle, un immeuble comprenant un rez-de-chaussée, trois étages et des combles. Il se réserve deux appartements : l’un pour sa famille ; l’autre pour sa mère, veuve d’un capitaine au long cours, et pour ses deux frères lors de leurs séjours à Marseille. Le reste, enfin, est destiné à la location.
Frédéric Lombard conçoit une élégante façade en pierres de taille, concentrant l’ensemble de l’ornementation sur les balcons : des volutes feuillagées pour les consoles du premier niveau, une coquille ouvragée de style Louis XVI au second et deux têtes féminines Art Nouveau reliées par une guirlande de fleurs au troisième. S’il souligne l’habitation du propriétaire, l’emplacement du décor figuré n’en demeure pas moins surprenant. En effet, la hauteur de l’immeuble, à laquelle s’ajoutent l’étroitesse et la forte pente de la rue Bel-Air, ne favorise pas la vue de ces sculptures. Pourtant, elles s’avèrent d’une qualité exceptionnelle – en témoignent le traitement minutieux des fleurs et la douceur des visages nimbés d’une chevelure fluide – qui ne laisse que peu de doutes sur leur auteur, malgré l’absence de signature : Henri Lombard (1855-1929), frère de l’architecte et Grand Prix de Rome de sculpture en 1883. L’immeuble opte donc, sans ostentation, pour une beauté à la mode.

1 commentaire:

FM a dit…

Bonjour,

Est ce cet immeuble sur lequel figure la mention "Architecte sachant tout faire même sans diplôme"?
Je recherche l'adresse de cet immeuble si vous le connaissez ?

Merci d'avance et bravo pour votre site qui est une mine d'information passionnante.