dimanche 20 avril 2008

Paul Gondard

Jusqu'à présent, je n’en ai pas encore parlé mais j’ai collaboré à l’écriture de plusieurs dictionnaires : Marseillaises, 26 siècles d’histoire (1999), Dictionnaire des Marseillais (2001), Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence Alpes Côte d’Azur (dont j’ai dirigé la refonte, 2006). Je me propose de donner quelques notices de sculpteurs tirées de ces publications, la première étant une synthèse de deux notices :

Gondard Paul (Marseille, 7 septembre 1884 – Marseille, 27 février 1953), sculpteur.
Beau-frère de François Carli, Paul Gondard apprend son art auprès d’Émile Aldebert et de Marius Guindon à l’École des Beaux-Arts de Marseille. Contrairement à nombre de ses contemporains, il ne complète pas son apprentissage à Paris. Sa carrière, de fait mais aussi par choix, demeure essentiellement régionale : il figure au Salon de l’Union des Artistes de Provence de 1919 à 1948, participe aux grandes manifestations marseillaises de l’Entre-deux-guerres comme l’Exposition Coloniale de 1922 ou l’Exposition catholique de 1935, est à l’origine de l’Association professionnelle des Arts et Lettres de Provence. Sa persévérance à faire de la cité phocéenne une importante capitale artistique lui ouvre les portes de l’Académie de Marseille où il est élu le 4 mai 1950. Il enseigne par ailleurs l’esthétique et l’histoire de l’art à l’École municipale des Beaux-Arts.

Paul Gondard, Monument à Edmond Rostand, pierre, 1930
Parc Chanot, 8e arrondissement

Son œuvre, sobre et solennelle, rompt avec le hiératisme hérité du XIXe siècle. Le statuaire mène une réflexion sur le rôle du socle dans le monument public ; ainsi à Marseille, le Monument à Edmond Rostand (1930) où le dramaturge et les allégories émergent de leur gangue minérale ou bien le Monument à Reyer (1934) qui présente le compositeur concentré siégeant sur un trône monolithe. Parmi ses sculptures importantes, il convient encore de citer le Monument aux morts de la vallée du Queyras (1926), les Voix de la Mer (1928, cimetière Saint-Pierre), les Monuments au poète François Fabié (1935, Toulon), au maire Bouisson (1935, La Ciotat) et à Alfred Vivien (Bandol). Le musée des Beaux-Arts de Marseille conserve par ailleurs un buste de marbre de Mozart (1936).


Paul Gondard, Les Voix de la Mer, groupe en pierre, 1928
Cimetière Saint-Pierre, 10e arrondissement

Aucun commentaire: