vendredi 9 mai 2008

Amphitrite reine de la mer (Antoine Sartorio ou Élie-Jean Vézien sculpteur)

Voici une notice de l’exposition Figures en façades (préfecture des Bouches-du-Rhône, journées du patrimoine 2005) :

Élie-Jean Vézien ou Antoine Sartorio, Amphitrite reine de la mer, bas-relief en pierre, 1954
Immeuble avec escalier traversant, 48-50 rue du Lacydon, 2e arrondissement

Ce bâtiment de Gaston Castel (1886-1971) reprend un plan déjà éprouvé : un U avec escalier traversant. Le passage piéton, moins triomphal que son homologue rue de la Loge, relie la rue du Lacydon à la rue Caisserie. De nouveau, le décor déserte l’arc pour se reporter ailleurs. Toutefois, ici, les dessus-de-porte des entrées latérales ne présentent que des motifs ornementaux : les Fruits de la Terre et de la Mer. En fait, le sujet principal couronne, cette fois, l’axe central. L’iconographie représente Amphitrite, reine de la mer : sous les traits d’une sirène, la déesse ondoie sur les flots, les bras écartés comme pour embrasser son immense royaume ; derrière elle, cinq mouettes suivent son sillage. Ce bas-relief paraît des plus opportuns sur un immeuble regardant vers le Vieux-Port. Un décor complémentaire orne les entrées postérieures, aux 13 et 15 rue Caisserie. Il symbolise l’Âge d’or : là, un couple sous des arbres fruitiers ; ici une mère et son enfant sous une frondaison.
Cet ensemble sculpté est traditionnellement attribué à Antoine Sartorio (1885-1988), collaborateur de Castel à de nombreuses reprises dans la Marseille de l’entre-deux-guerres : Opéra, Monument aux héros de l’armée d’Orient, annexe du Palais de Justice, prison des Baumettes… Pourtant plusieurs documents conservés à l’Académie de Marseille semblent infirmer cette allégation et désignent Élie-Jean Vézien (1890-1982) comme étant l’auteur de l’œuvre, ce qu’appuie d’ailleurs une comparaison stylistique avec Poséidon et surtout Déméter (cf. notice du 18 mars 2008). En effet, bien que d’un aspect plus mouvementé, Amphitrite montre des similitudes de dessin (musculature, traits du visage) ; quant aux mouettes, elles sont de même facture sur les deux immeubles.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

bonjour,
Amphitrite est l'oeuvre d'Antoine Sartorio, mon grand-père
Violaine Menard Kiener