vendredi 30 mai 2008

Le mécénat de Jules Cantini

Voici une notice de l’exposition photographique Marseille, ville sculptée qui eut lieu à la Préfecture des Bouches-du-Rhône pour les Journées du Patrimoine en septembre 2002 :

Le richissime marbrier Jules Cantini (1826-1916) établit sa fortune dans l’exploitation de carrières de pierres et marbres blancs ou polychromes tout autour du bassin méditerranéen. Parallèlement à ses activités commerciales, il est l’un des premiers notables à subventionner l’École des Beaux-Arts en créant un prix double (en architecture et en sculpture). Son but était de former des ouvriers compétents. Ici, derrière le mécène, l’industriel se profile nettement. Cependant, le négociant aspire également à « l’Art ». Par ce biais, il souhaite élever l’âme de ses concitoyens. Ainsi, en 1908, il propose l’édification à ses frais d’une fontaine monumentale (Fontaine Cantini) riche en références artistiques. En 1912, il entreprend la restauration de la Fontaine Puget (1801) du sculpteur Étienne Dantoine (1737-1809), alors asséchée et fortement délabrée : il offre à la municipalité un nouveau monument formé d’un socle et d’une colonne cannelée accueillant le buste en hermès de l’illustre artiste marseillais Pierre Puget.

Étienne Dantoine et ateliers Cantini, Colonne Puget, marbre, 1801-1912
Intersection des rues de Rome et de la Palud, 1er arrondissement

Dans la même optique pédagogique, il fait don de la statue colossale en marbre blanc d’après le David (1501-1504) de Michel-Ange (1475-1564), taillée dans ses ateliers à Carrare, à la Ville qui l’accepte par délibération du 19 septembre 1913. La sculpture est destinée au Musée Longchamp ; quant au modèle en plâtre, il est déposé à l’École des Beaux-Arts (maintenant Conservatoire de musique). Dans les deux cas, le chef-d’œuvre de la Renaissance italienne devait stimuler l’admiration, l’émulation et même les vocations.

Ateliers Cantini, David d’après Michel Ange
Statue colossale en marbre blanc de Carrare, 1913
Rond-point de la Plage, 8e arrondissement

Depuis le 17 novembre 1951, le héros biblique, représenté juste avant son combat contre Goliath, orne le rond-point de la Plage à l’extrémité du Second Prado. Il est aujourd’hui l’une des statues plus connues des Marseillais et la populaire avec Notre-Dame de la Garde.

Aucun commentaire: