samedi 3 mai 2008

Stanislas Clastrier

Nouvelle notice issue du Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence Alpes Côte d’Azur :

Stanislas Clastrier, Monument à Victor Gélu, haut-relief en bronze, 1891 – gravure

Clastrier Stanislas, parfois dit Stanil (Montagnac, Hérault, 5 mai 1857 – Marseille, 13 août 1925), sculpteur.
Il fait son apprentissage artistique à Marseille puis à l’École nationale des Beaux-Arts de Paris où il est, de 1875 à 1881, l’élève de François Jouffroy et d’André Allar. Il exposera régulièrement au Salon de 1878 à 1889. Établi à Marseille en 1883, il se spécialise dans le portrait : Camille Pelletan (1881), Hippolyte Pépin (Chambre de commerce de Saint-Étienne, 1893), Érasme Guichet (Châteauneuf-les-Martigues, 1910), Augustin Fabre (Archives communales de Marseille, 1917). À Marseille, il est l’auteur, entre autres, du pittoresque haut-relief du Monument à Victor Gélu (1891, détruit), des médaillons de la poste Colbert (1891), du fronton de l’asile d’aliénés (1895), des clés des arcs de la caserne des marins-pompiers (1912). Après la première Guerre mondiale, il élève de nombreux monuments aux morts dans les Bouches-du-Rhône : Saint-André et Saint-Antoine à Marseille, Les Pennes Mirabeau, Peypin, Rognac, Roquevaire, Saint-Zacharie, Vitrolles... Par ailleurs, il collabore avec André Allar en tant que praticien de la Fontaine Estrangin (1890). Professeur de l’École des Beaux-Arts de Marseille de 1904 à 1925, il réalise à ce titre divers travaux pour la Ville : restauration des sculptures de la façade de l’Hôtel de ville et fac-similé du médaillon des armes de la ville de Pierre Puget (1913), transfert vers 1918-1922 du plafond stuqué de l’ancienne bibliothèque du couvent des prêcheurs (1674-1675) au Palais de l’art provençal du parc Chanot. Il s’adonne enfin à l’archéologie, notamment sur plusieurs sites préhistoriques des Pennes Mirabeau, et publie le résultat de ses fouilles.


Stanislas Clastrier, Génies découvrant la Science, fronton en pierre, 1895
Ancien asile d’aliénés (bâtiment historique de l’hôpital de la Timone), 5e arrondissement

Aucun commentaire: