lundi 9 juin 2008

L'atelier-musée des frères Carli - 4

L’atelier-musée des frères Carli – chapitre 4 :

Au reste, l’évocation dudit groupe permet de mettre en lumière une autre fonction de l’atelier-musée : celle d’agence d’Auguste Carli. Or, cela débute avec Le Christ et sainte Véronique. Le plâtre bénéficie d’une médaille de 2e classe et d’un achat de l’État (4 000 francs) en 1900 ; en 1902, le marbre obtient une médaille de 1ère classe ainsi que, de nouveau, l’acquisition de l’État (10 000 francs) qui l’attribue au musée des Beaux-Arts de Marseille le 15 avril 1903.[1] Aussitôt l’œuvre installée dans la galerie des sculptures, une souscription initiée par les amis proches du sculpteur s’ouvre afin d’en offrir une réplique à la cathédrale de la Major. Chaque donateur reçoit alors en souvenir une reproduction de la maquette dont la valeur dépasse, selon la précision apportée par le comité organisateur, le prix de la souscription : effectivement, certaines, plus luxueuses, reposent sur un socle de marbre. Il va sans dire que les moulages de la maquette sortent tous de l’atelier de la rue Neuve !

Auguste Carli, Le Christ et sainte Véronique, groupe plâtre, 1900
Photo au Salon de 1900

Auguste Carli, Le Christ et sainte Véronique, maquette plâtre, 1904
Collection particulière
L’opération est un succès. Dès lors, l’idée d’accompagner la souscription d’un moulage de la maquette afin de susciter l’envie et d’encourager la générosité s’instaure.
En mai 1905, un petit cercle de catholiques pratiquants – par ailleurs amateurs d’art – se réunit chez François Carli dans le but de créer un comité À la gloire du peintre Adolphe Monticelli. L’exécution du futur monument échoie sans surprise au frère de leur hôte. Pour parvenir à leur fin, les membres du comité s’adjoignent le patronage d’hommes politiques modérés, opposés aux lois antireligieuses, comme le député progressiste Joseph Thierry et le premier adjoint au maire Eugène Pierre ; ce dernier du reste prend la présidence du comité. En juin 1907, la maquette est approuvée par le comité et est aussitôt exposée chez le galeriste Oudin, rue de la Darse. Bénéficiant ainsi d’une grande visibilité, elle familiarise le public avec le monument projeté. La maquette, dupliquée par moulage, est alors offerte aux plus généreux souscripteurs ; le musée des Beaux-Arts de Marseille en conserve deux exemplaires.

Auguste Carli, Monument à Monticelli, maquettes plâtre, 1907
Musée des Beaux-Arts de Marseille
Quelques années plus tard, en 1913, Auguste Carli envisage l’érection d’un Monument aux héros et victimes de la mer. Sachant très bien ménager tous les soutiens utiles à ses vues, il s’appuie, cette fois, sur ses relations radicales-socialistes[2], sans doute plus aptes à fédérer tous les syndicats de marins. En décembre 1913, la maquette est présentée dans l’atelier-musée, puis dans les vitrines de La Belle Jardinière, un grand magasin de la rue Saint-Ferréol. Toutefois, dans le cas, le futur monument déclenche la fureur des différentes corporations maritimes, non consultées pour l’agrément du modèle ; d’aucuns pensent que « la sculpture tumulaire de M. Carli ne répond nullement à son objet » et le qualifient de « fastueux navet ».[3] Sur ce, un projet concurrent dû au sculpteur André Verdilhan apparaît et, finalement, après de nombreux rebondissements, le sujet d’Auguste Carli ne verra pas le jour.[4] (cf. 1er et 2 mars 2008)

[1]. A.N. F/21/4183 (dossier Carli, sous-dossier Christ et sainte Véronique – marbre) et F/21/4296 (dossier Carli, récapitulatif des achats et commandes de l’État).
[2]. Auguste Carli portraiture plusieurs hommes politiques de gauche des Bouches-du-Rhône : le président du Conseil général Juvénal Deleuil (1901), le conseiller général et député Gabriel Baron (1905 et 1910), l’ancien vice-président du Sénat Victor Leydet (1910), l’ancien ministre des Finances et sénateur Paul Peytral (1913) ; ce dernier prend d’ailleurs la présidence d’honneur du comité dudit monument.
[3]. Archives départementales des Bouches-du-Rhône 4T38, monuments commémoratifs, sous-dossier Monument aux héros et victimes de la mer : Anonyme, « Autour d’un monument », Les tablettes maritimes, article découpé sans la date.
[4]. Laurent Noet, « histoire rocambolesque d’une commande : le Monument aux Héros et Victimes de la mer (1913-1923) », Bulletin de l’Essor, n°14, décembre 2006, p. 37-42.

Aucun commentaire: