jeudi 21 août 2008

La Paix, La Famille, La Mer (Félix Guis sculpteur)

Nouvelle notice extraite de l’exposition Tête à tête, lors des journées du patrimoine 2007 :

À la fin de la seconde Guerre mondiale, la reconstruction des logements devient l’une des priorités avec le ravitaillement et le rétablissement des infrastructures (routes, chemin de fer, usines…). Pour ce faire, l’État crée le Ministère de la Reconstruction et de l’Urbanisme. Dès 1945-1946, le M.R.U. initie et supervise directement trois grands chantiers marseillais : l’Unité d’habitation de Marseille construite par Le Corbusier (1887-1965), le quartier du Vieux-Port et un ensemble de logements à Saint-Just. Parallèlement, il subventionne une opération immobilière engagée par la Ville : le groupe d'habitations à bon marché Saint-Charles (ancêtres des H.L.M.). Sa construction est confiée à l’ingénieur-architecte Ange Ito Marcuccini : quatre grands immeubles identiques sont reliés, côté rue, par des bâtiments bas sur une longue galerie ; un cinquième, situé orthogonalement et traité en barre, complète l'ensemble.




F. Guis, La Paix, La Famille et La Mer, bas-reliefs, 1952
Groupe HLM Saint-Charles, dit Racati, 3e arrondissement

À l'image des grandes réalisations, le groupe Saint-Charles bénéficie d'une architecture soignée : disposition du plan masse, qualité des matériaux, étagement des volumes et façades monumentales. En effet, la travée des portes d'entrée est traitée comme un avant-corps, dans une couleur différente, de lames blanches montantes formant claustras ; cet avant-corps se termine par une sorte de fronton rectangulaire adossé à une pergola et comportant un grand motif décoratif. On en trouve quatre différents, dont trois figurés : le premier où une colombe tenant une branche d’olivier dans son bec surplombe le profil renversé en arrière de Marianne – le rameau d’olivier enroulé sur le voile qui couvre sa chevelure évoque la cocarde d’un bonnet phrygien – proclame la Paix retrouvée sur le sol français. Le deuxième – une mère et ses deux enfants (une fillette et un garçonnet ?) rassemblés dans les plis d'une longue écharpe – représente la Famille : la France doit maintenant se repeupler ! Le dernier symbolise la Mer – et par-delà la prospérité qui en découle – à travers un profil masculin hiératique, à la chevelure ondoyante coiffée d'algues, et accompagné d'un rouget grondin, poisson emblématique de la Méditerranée. Ces figures, très stylisées, se détachent sur un fond cannelé ; voile, écharpe mouvante et queue du poisson forment une sorte de clé pour le linteau des claustras ; conçues en béton ou en ciment moulés, elles sont rapportées sur la façade comme le montrent les corbeaux et les tirants métalliques.
Au demeurant, le sculpteur Félix Guis est également l'auteur des deux grandes compositions, un peu naïves, à la gloire de l'automobile pétaradante (façade du garage Devoulx, 21 rue Terrusse).

Aucun commentaire: