mercredi 11 février 2009

Jean-Barnabé Amy

Voici une nouvelle notice du Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence Alpes Côte d’Azur :

Anonyme, Jean-Barnabé Amy dans son atelier, vers 1900-1907
Collection particulière

Amy Jean-Barnabé (Tarascon, 11 juin 1839 – Paris, 24 mars 1907), sculpteur
Élève de l’École des Beaux-Arts de Marseille (1859) puis de Dumont et Bonnassieux à Paris, il débute au Salon de 1868 (La Muse de Ponsard – mairie de Tarascon – et Le Châtiment) et lui reste fidèle jusqu’à sa mort en 1907 (Dévéria, buste plâtre, exposition posthume). En 1873, il connaît un grand succès en remportant le concours pour une statue de Figaro sur l’initiative du journal du même nom ; l’œuvre décore l’hôtel du Figaro. Proche des membres du Félibrige qu’il portraiture à de nombreuses reprises (Mistral, médaillon marbre, Salon de 1872 ; Mistral, Roumanille et Aubanel, bas-relief marbre, Salon de 1875 – musée Calvet à Avignon …), il est cofondateur de La Cigale en 1876. Il réalise quelques ouvrages monumentaux : fronton du château d’eau de Tarascon (1869, détruit), Monument à l’abbé Saboly poète provençal (1876, Monteux), statue de l’historien Thou pour la façade de l’hôtel de ville de Paris (1881) statue du peintre Vien pour la façade du musée Fabre à Montpellier (1882), Monument à l’explorateur Paul Soleillet (1888, Nîmes), Monument au Tambour d’Arcole (1894, Cadenet), Monument au député Bancel (1897, Valence). Toutefois, son œuvre se compose essentiellement de masques littéraires (Don Quichotte, Mireille, Tartarin de Tarascon…), allégoriques (L’Agriculture, La Tentation, La Rose et le Papillon…) ou grotesques (La Servitude, L’Intempérance, Lou Ramaniau, La Tarasque…). Un panneau de masque le représente à l’Exposition Universelle de 1900 où il reçoit une mention honorable. Cependant, il connaît des difficultés financières croissantes. Après sa mort, en 1909, son fils Marius donne à la Ville de Marseille plus d’une centaine d’œuvres. Outre au musée des Beaux-Arts de Marseille, on trouve ses œuvres à Aix-en-Provence (Frédéric Mistral, bas-relief bronze, 1881 – musée du Vieil Aix) et à Avignon (Joseph Roumanille, bas-relief plâtre, 1872 ; Marc Bonnefoy, buste bronze, 1890 – musée Calvet).

Jean-Barnabé Amy, Frédéric Mistral, bas-relief bronze, 1881
Musée du Vieil-Aix, Aix-en-Provence

Bibl. : Solari (Émile), « Le sculpteur J.-B. Amy », Le Figaro, 27 mars 1907 ; Jean-Barnabé Amy 1839-1907. Masques et profils, catalogue d’exposition, Marseille, 1992.

Aucun commentaire: