lundi 23 mars 2009

Félix Chabaud

Voici une autre notice de mon Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence Alpes Côte d’Azur :

Félix Chabaud, Le Génie des Arts, statue pierre, 1868
Palais des Arts, 1e arrondissement

Chabaud Louis Félix (Venelles, Bouches-du-Rhône, 14 mars 1824 – Aix-en-Provence, 25 avril 1902), sculpteur et graveur en médailles
Fils de paysans mais orphelin de père à quinze ans, il entre alors en apprentissage chez un marbrier aixois. Ses prédispositions le conduisent à l’École de Sculpture d’Aix. Enfin, muni d’une bourse municipale, il poursuit ses études à Paris, dans l’atelier de Pradier. En 1848, il remporte le Grand Prix de Rome de gravure en médailles avec son Mercure formant le caducée qui lui ouvre les portes de la Villa Médicis. De retour à Paris, il expose au Salon à partir de 1853, date à laquelle il reçoit une médaille de 3e classe (L’Agriculture, médaille bronze, et Cérès embrassant Triptolème, modèle cire) ; suivent trois rappels de médaille en 1857 (La Chasse, statue plâtre), 1859 (douze camées en pierres fines) et 1863 (L’Agriculture, statue plâtre, et Abolition de l’esclavage, bas-relief plâtre). Son condisciple romain et ami Charles Garnier lui procure de nombreuses commandes pour le décor de l’Opéra de Paris, notamment vingt-deux lampadaires en bronze sur deux modèles différents exposés en 1869 : L’Étoile du Soir et La Nuit. Après la chute du Second Empire, il s’éloigne volontairement de la scène artistique, ne faisant que quelques apparitions au Salon (1879 et 1886). Dans les Bouches-du-Rhône, on lui doit L’Agriculture de la fontaine de la Rotonde à Aix (1859) et divers ensembles à Marseille pour le Palais de Justice (Le Serment des magistrats entre les mains de Louis Bonaparte et La Provence présentant ses jurisconsultes à la France, 1862), le Palais Longchamp (Les Génies de Granet, de Vernet et de Papety, 1867) et la Bibliothèque – École des Beaux-Arts (Le Génie des Arts, 1868).

Aucun commentaire: