jeudi 19 mars 2009

François Truphème

Voici une nouvelle notice de mon Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence Alpes Côte d’Azur :

François Truphème, Le Génie des Sciences, statue pierre, 1868
Palais des Arts, 1er arrondissement

Truphème François André Joseph (Aix-en-Provence 23 mars 1820 – Paris, 22 janvier 1888), sculpteur
Frère aîné du peintre Auguste Truphème, il est l’élève de Jean-Marie Bonnassieux. Il expose au Salon de 1850 à 1888 (exposition posthume). Il y reçoit une médaille de 3e classe en 1859 (Rêverie, statue marbre, et Ils n’ont pas de mère, statuette marbre), suivi de rappel en 1864 (Jeune fille à la source, statue plâtre) et 1865 (Le Berger Lycidas sculptant le bout de son bâton, statue marbre). Déjà, en 1855, il avait obtenu une mention honorable lors de l’Exposition Universelle. Il figure également, sous le Second Empire, aux expositions marseillaises : 1854 (André Chénier, bronze ; Le Printemps, buste marbre, musée Granet), 1858 (L’Automne, buste marbre ; Jeune fille aux poussins, bronze), 1861 (M. Borelly, médaillon bronze repoussé), 1863 (Moïse sauvé des eaux). Il travaille sur les grands chantiers parisiens (le Louvre, l’opéra, l’hôtel de ville, l’église de la Trinité) mais aussi en Provence. On lui doit à Aix : Enfants et cygnes pour la fontaine de la Rotonde (1860), Mirabeau pour le palais de Justice (1870), Les Arts et l’Industrie et Les Lettres et les Sciences pour l’entrée du cours (1882) ; à Marseille : Bonaparte discutant le code au Conseil d’État et Le Corps législatif présentant le code à Napoléon Ier pour le palais de Justice (1862), Les Génies d’Espercieux, Van Loo et Paulin Guérin pour le Palais Longchamp (1867), Le Génie des Sciences pour l’École des Beaux-Arts-Bibliothèque (1868). Il est fait chevalier de la Légion d’honneur en 1880. Il est aussi l’un des fondateurs de La Cigale, société créée en 1876 par des artistes et écrivains méridionaux installés à Paris. Le musée Granet possède de nombreuses œuvres de cet artiste dont L’Oiseleur, statue plâtre (1878) ; d’autres musées conservent ses sculptures : à Brest (Invocation), à Carpentras (Mirabeau), à Clamecy (Le Repas de la couvée), à Lyon (Jeune fille à la source), à Marseille (Le Moineau de Lesbie, statue marbre, 1874), au musée d’Orsay à Paris (Angélique au rocher, statue plâtre, 1855), à Sète (Mignet), à Tarbes (Vénus grondant l’Amour).

Aucun commentaire: