samedi 30 mai 2009

L'actualité des ventes de Louis Botinelly

Louis Botinelly est à l’honneur cette semaine.
Lundi 1er juin, l’hôtel des ventes de Morlaix propose trois médaillons du sculpteur. Par ordre chronologique, nous avons le portrait, daté de 1917, de Mlle Nicolet – sœur de la future seconde épouse de Botinelly, morte enfant de la typhoïde (n°22 de mon catalogue raisonné). Il s’agit d’un médaillon en marbre d’un diamètre de 18 cm, placé dans un cadre de pitchpin. L’estimation (que je trouve haute) est de 700/800 €.

Louis Botinelly, Mlle Nicolet, médaillon marbre, 1917

Suivent les portraits de M. et Mme Nicolet – beaux-parents du sculpteur remarié en 1921 – datés de 1922 (n°43 et 44 de mon catalogue raisonné). Il s’agit de deux médaillons de terre cuite d’un diamètre de 24 cm dans des cadres en pitchpin. Le 1er est estimé (surestimé ?) à 200/300 € et le second, à cause d’une fêlure, à 150/200 €.


Louis Botinelly, M. Nicolet, médaillon terre cuite, 1922


Louis Botinelly, Mme Nicolet, médaillon terre cuite, 1922

Parallèlement, un marchand propose en vente directe sur Ebay un grand groupe en plâtre de Botinelly : Suzanne au bain (n°69 de mon catalogue raisonné). L’artiste renouvelle le motif biblique : la jeune femme est surprise non pas par des vieillards mais par deux bambins espiègles. L’œuvre proposée provient d'un casino Niçois et dispose de son socle d'origine en bois. Ses dimensions sont conséquentes : socle (H. 70.8 cm – L. 215 cm – P. 58 cm) ; sculpture (H. 126 cm – L. 204 cm – P. 58 cm).

Louis Botinelly, Suzanne au bain, groupe plâtre, vers 1925-1928

Le vendeur en demande un prix astronomique : 13 900 € ! Un exemplaire similaire de la statue – certes sans le socle en bois – s’était vendu 6 000 € à l’hôtel Spendid de Dax le 15 décembre 2002.
L’œuvre existe également en d’autres matériaux :
* Le groupe en pierre de Lens, aux mêmes dimensions, figura au Salon de la Société des artistes français de 1928 (n°3153) où il obtint une médaille d’or.
* Des réductions en bronze ont été réalisées par la fonderie Susse frères (fondeurs à Paris) dès 1929 ; d’autres réductions en bronze ont été effectuées ultérieurement par la maison Barbedienne.
* Il existe aussi des réductions en marbre.

Aucun commentaire: