mardi 9 juin 2009

Hélène (Henri Lombard sculpteur)

J’ai récemment acheté sur Internet le catalogue d’une exposition intitulée The colour of sculpture (1840-1910) qui s’est tenue au Van Gogh Museum d’Amsterdam en 1996. J’y ai trouvé une vue latérale du stand Cantini à l’Exposition universelle de 1889.

Anonyme, stand Cantini, Exposition universelle 1889
Henri Lombard, Hélène, statue en marbres polychromes et onyx

La statue est aujourd’hui conservée dans les réserves du musée des Beaux-Arts de Marseille, faisant partie du legs Cantini. La dernière fois qu’elle fut présentée au public, ce fut lors de l’exposition Marseille au XIXe siècle, rêves et triomphes. Elle avait cependant perdu le sujet de son iconographie ; mes recherches lui ont redonné une identité – Hélène de Troie – sous laquelle elle reparaîtra à la réouverture du musée en 2013, puisqu’il est prévue de l’installer de nouveau dans les salles.

Henri Lombard, Hélène, statue marbres polychromes
(sans son voile d'onyx)
Réserves du musée des Beaux-Arts de Marseille, 3e arrondissement

Cette œuvre a été commandée par le marbrier Jules Cantini à Henri Lombard, alors tout jeune lauréat du grand prix de Rome1 en 1885. Le mécène encourageait ainsi la carrière d’un jeune artiste et valorisait ses carrières de marbres. À ce titre, elle figure dignement dans le stand de la maison Cantini lors de l’Exposition universelle de 1889. Un article du Sémaphore de Marseille du 31 août 18892 en rendit compte : « Je reviens à Marseille avec l’exposition de M. Jules Cantini […] Ce portique encadre une statue en marbres de diverses couleurs par notre compatriote M. Lombard. Cette figure dans le goût antique a fort grand air, est suavement traitée et produit par la combinaison du granit gris, de l’onyx, et des marbres blancs et colorés un effet des plus saisissants en même temps que très harmonieux. » La figure offre un hiératisme sévère qui rappelle la statuaire archaïque grecque, notamment les korês.
Malheureusement, l’article ne donnait pas le sujet de l’œuvre. Je l’ai finalement découvert dans les archives de l’Académie des Beaux-Arts, à l’Institut de France : dans une lettre de candidature au fauteuil du sculpteur et académicien défunt Jules Thomas, Henri Lombard dressait une liste de ses œuvres marquantes dont « Hélène, statue polychrome marbre et onyx » (5E72, lettre du 26 mai 1905).

1 Il l’a obtenu en 1883. En 1885, il entame donc la seconde année de son pensionnat.
2 ‘Un Marseillais à Paris’, « Chronique parisienne – L’art industriel au Champ de Mars : le bronze, le fer, le marbre », Le Sémaphore de Marseille, 31 août 1889.

Aucun commentaire: