lundi 27 juillet 2009

Deux oeuvres de Barthelémy Chardigny

Depuis un an maintenant, une œuvre du sculpteur Barthelémy Chardigny (1757-1813) est sorti de son exil doré du parc Borély : il s’agit d’un majestueux terme bicéphale représentant les deux grands explorateurs massaliotes du 4e siècle av. J.-C. Pythéas (qui navigue jusqu’au cercle polaire) et Euthymènes (qui navigue jusqu’à l’embouchure du fleuve Sénégal). La sculpture en marbre datant de 1804 signalise aujourd’hui judicieusement l’entrée de l’espace Bargemon à deux pas de l’hôtel de ville.


Barthelémy Chardigny, Pythéas et Euthymènes, terme marbre, 1804
Espace Bargemon, 2e arrondissement

Par contre, une autre sculpture d’après Chardigny – puisque l’original se trouve au musée des Beaux-Arts – mériterait une remise en valeur : il s’agit du Génie de l’Immortalité qui, perché sur sa colonne, se perd dans la verdure luxuriante d’un arbre.

Barthelémy Chardigny, Génie de l’Immortalité, copie marbre d'une statue de 1802
Square de la bibliothèque, 1er arrondissement

Bibliographie : Puisque j'ai parlé ici de Pythéas, je recommande la lecture du livre de François Herbaux Puisque la terre est ronde: enquête sur l'incroyable aventure de Pythéas le Marseillais (Vuibert, 2008).

1 commentaire:

cambier alain a dit…

Le "terme" désigne une sculpture composée d'une gaine surmontée d'un buste ou d'une tête (double, ici). La gaine n'est donc pas un simple socle mais une partie de la sculpture.
Ne pourrait-on suggérer à la Ville de déplacer le cartel ou étiquette - indiquant comme dans les expositions nom du sculpteur et titre de l'oeuvre - malencontreusement scellé sur la gaine, donc au milieu de la sculpture elle-même, pour lui trouver une place plus adaptée par exemple sur la marche qui ici sert de socle.