samedi 24 octobre 2009

Édouard Delanglade (Charles Delanglade sculpteur)

Maintenant que l’Hôtel-Dieu va devenir un hôtel de luxe, l’ensemble des œuvres d’art qui s’y trouvait – des sculptures notamment – a été transféré au Conservatoire du Patrimoine Médical de Marseille, sis dans l’hôpital Salvator à Sainte-Marguerite (12e arrondissement). C’est le cas du monument dédié au docteur Édouard Delanglade.

Charles Delanglade, Monument à Édouard Delanglade
Buste bronze, vers 1918
Photographié avant son transfert de l’Hôtel-Dieu (2e arrondissement)

Édouard Delanglade (1868-1917) est le condisciple d’Edmond Rostand au Lycée de Marseille avant de s’orienter vers la médecine. En 1900, il devient chirurgien des Hôpitaux de Marseille et, en 1905, obtient la chaire de clinique chirurgicale à l’école de médecine sise à l’Hôtel-Dieu. Il s’engage dans le conflit de la première Guerre mondiale : il est mortellement blessé sur le front alsacien le 24 décembre 1917 (il meurt le lendemain), tout juste quelques mois après le décès de son fils Jules, étudiant en médecine, tué à Vadelaincourt dans la nuit du 4 au 5 septembre 1917. Une rue du 6e arrondissement de Marseille porte aujourd’hui son nom.
C’est à Charles Delanglade (1870-1952) que revient la charge de portraiturer son frère Édouard. La commande du buste émane soit des Hôpitaux de Marseille, soit du sculpteur lui-même qui veut commémorer son aîné. En tous les cas, l’exécution du buste se double par la réalisation d’une médaille commémorative connue en deux versions, une en bronze et une en argent. L’avers présente le portrait de trois-quart d’Édouard Delanglade ; le revers figure une allégorie intitulé Caritas una (Un seul amour). On y observe la présence à l’arrière-plan de l’Hôtel-Dieu et du champ de bataille, évoquant ainsi les carrières de médecin civil et de médecin militaire du défunt. Charles Delanglade évoque certainement la mort de son neveu Jules dans l’évocation du jeune soldat mort au combat. Ainsi, entremêle-t-il les destins croisés du père et du fils.

Charles Delanglade, Édouard Delanglade, médaille bronze, avers, 1918
Collection personnelle

Charles Delanglade, Caritas una, médaille bronze, revers, 1918
Collection personnelle

Aucun commentaire: