vendredi 27 novembre 2009

Monument à la Navigation : deux projets avortés

Hier, j’ai abordé l’histoire d’un monument qui n’a jamais vu le jour. Malheureusement, le Monument des Marseillaises n’est pas une exception. Deux projets de Monument à la Navigation ont également avorté. J’ai brièvement évoqué leur destin dans une conférence que j’ai donné à Toulouse en janvier 2006 lors d’un colloque sur « Le monument public en France de 1870 à nos jours ».
Joseph Félon, La Navigation, projet de fontaine sur calque, 1859
Archives municipales de Marseille 32M28

Le peintre et sculpteur bordelais Joseph Félon (1818-1896) propose en novembre 1859 un projet de fontaine à la ville de Marseille : La Navigation apportant à toutes les parties du monde les lumières de la civilisation. Le devis estimatif s’élève à 209050 francs-or. La commission sollicitée estime que, faute de moyen, il n’y a pas lieu de donner suite. Représenté en décembre 1861, le projet reçoit de nouveau une réponse négative.

Joseph Félon, La Navigation, dessin
Publié dans L’autographe au Salon et dans les ateliers en 1865

Pour autant, l’artiste ne renonce pas : en 1865, il fait reproduire le dessin de sa figure principale (dont la pose a légèrement évolué) dans L’autographe au Salon et dans les ateliers (p.35) tandis que le buste isolé de cette même figure est exposé au Salon parisien.

Henri Ébrard et André Ramasso,
Monument à la Navigation, au Commerce et à l’Industrie
Dessin publié dans Les concours publics d’architecture de Louis Farge
(9e année, 1906)

Extrait de ma conférence :
Au début du XXe siècle, la municipalité d’Amable Chanot se lance dans la rénovation des vieux quartiers situés derrière le palais de la Bourse, impliquant d’abord leur destruction. À cette occasion, un concours est ouvert à l’échelle nationale : 125 architectes y participent générant pas moins de 225 projet. En juillet 1906, les résultats sont proclamés : Henri Ébrard – tout juste sorti de l’École des Beaux-Arts – et André Ramasso, deux architectes marseillais, remportent le premier prix tandis que le Lyonnais Tony Garnier se classe second.. Sur le papier, les lauréats envisagent notamment la construction d’un nouvel hôtel de ville devant lequel une place, dédiée au négoce, accueille un colossal Monument à la Navigation, au Commerce et à l’Industrie, lointain écho de la Fontaine de la Navigation imaginée par Joseph Felon quelques cinquante ans plus tôt. Hélas ! selon toutes vraisemblances, la mairie, la place et le monument ne verront jamais le jour faute d’un financement suffisant.

Aucun commentaire: