vendredi 19 février 2010

Lions et Tigres (Antoine-Louis Barye sculpteur)

Le 24 juin 1864, le Conseil municipal de la ville de Marseille répartit différents travaux de sculpture pour le décor du Palais Longchamp entre cinq sculpteurs parisiens : Antoine-Louis Barye (1796-1875), Francisque Duret (1804-1865), Jules Cavelier (1814-1894), Eugène Lequesne (1815-1887) et François Gilbert (1816-1891).
Parmi ceux-ci, seulement deux ne sont pas titulaires du prix de Rome. Mais Gilbert est alors bien connu des édiles pour avoir travaillé sur le chantier du Palais de la Bourse. Barye, pour sa part, est un nouveau venu ; il bénéficie cependant d’une grande notoriété : en 1855, il reçoit une médaille d’honneur à l’Exposition universelle, est élevé au grade d’officier de la Légion d’honneur et, depuis 1863, préside l’Union centrale des arts appliqués à l’Industrie ; en 1868, il sera élu à l’Académie des Beaux-Arts bien que n’étant pas passé par la Villa Médicis (un tour de force pour l’époque !).
Moyennant 48000 francs-or, il obtient la commande prestigieuse – la dernière de sa carrière – des quatre groupes animaliers surplombant les piédestaux des portes du jardin : à gauche, Lion avec un mouflon et Tigre avec une biche ; à droite, Lion avec un sanglier et Tigre avec une gazelle. Les sculptures sont en place en 1869 pour l’inauguration du Palais Longchamp.

Antoine-Louis Barye, Lion avec un mouflon, groupe pierre, 1869
Entrée du Palais Longchamp, 4e arrondissement

Antoine-Louis Barye, Tigre avec une biche, groupe pierre, 1869
Entrée du Palais Longchamp, 4e arrondissement

Antoine-Louis Barye, Tigre avec une gazelle, groupe pierre, 1869
Entrée du Palais Longchamp, 4e arrondissement

Aujourd’hui, à cause de la pollution et d’une restauration agressive, les quatre groupes ont perdu beaucoup de leur allure. On peut néanmoins retrouver leur modelé original dans les maquettes présentées dans le musée des Beaux-Arts… enfin, on le pourra à sa réouverture !

PS : Le dernier lion étant dans l'ombre lors de mon dernier passage, je ne l'ai pas photographié... une prochaine fois.

Aucun commentaire: