mardi 4 janvier 2011

Edmond Rostand

Comparée à d’autres grandes villes, Marseille possède un nombre limité de monuments dédiés à de grands hommes. Par contre elle possède une caractéristique unique, celle d’honorer à l’excès certains de ses enfants : je connais, par exemple, huit représentations sculptées de Pierre Puget dissiminées dans l’espace urbain phocéen ! Plus modeste, le poète et dramaturge Edmond Rostand (1868-1918) n’y est représenté que trois fois.

Paul Gondard, Monument à Edmond Rostand, pierre, 1930
Parc Chanot, 8e arrondissement

Le premier dans le temps est le monument réalisé par Paul Gondard (1884-1953) ; il est inauguré entre autres par l’écrivain marseillais Émile Ripert et Maurice Donnay de l’Académie Française le 13 avril 1930.

Andrée Rostand, Edmond Rostand, médaillon en bronze doré, 1936
14 rue Edmond Rostand, 6e arrondissement

Le second est l’œuvre de la belle-fille du poète, épouse du biologiste Jean Rostand (1894-1977). Il est inauguré dans le hall de la demeure natale d’Edmond Rostand le 24 janvier 1936 et fait pendant au médaillon de son père Eugène (1843-1915) sculpté par Charles Delanglade (1870-1952).

J. Sarto, Monument à Edmond Rostand, buste en bronze
Ensemble et signature
Angle des rues Saint Suffren et Edmond Rostand, 6e arrondissement

Le dernier est plus récent et date vraisemblablement des années 1970-1980. Il est signé d’un certain J. Sarto dont j’ignore tout. Je suis preneur de toutes informations au sujet de ce monument !

Aucun commentaire: