dimanche 13 février 2011

André Barelier

Voici une nouvelle notice tirée de mon Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence Alpes Côte d’Azur, celle d’André Barelier, dernier lauréat marseillais du grand prix de Rome avant sa suppression en 1968 :

Barelier André (Plan-de-Cuques, Bouches-du-Rhône, 25 mai 1934), sculpteur
Fils d’un ébéniste, il quitte l’école communale à 15 ans. Après deux ans d’apprentissage dans l’atelier de Louis Botinelly, il intègre l’École municipale des Beaux-Arts. À 19 ans, il entre à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts (Ensba). Ses moyens sont alors modestes ; César cependant lui cède son atelier du quartier latin pour s’agrandir du côté de Montparnasse. En 1961, il remporte le Grand Prix de Rome (La Naissance du Jour, haut-relief plâtre, Ensba). À la Villa Médicis, il se lie à Balthus, le nouveau directeur des lieux ; en 1963, il y épouse Brigitte Baumas (née en 1937), sa compagne depuis ses débuts à Marseille dont il aura deux enfants. De retour à Paris, il est nommé professeur de dessin à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts ; il y enseigne de 1968 à sa démission en 1982. Son œuvre hyperréaliste intègre motif et décor, créant des reliefs picturaux comme ses cabines téléphoniques de bronze (Grande Cabine ; Cabine plate). Le musée Cantini à Marseille conserve L’Atelier (relief bronze, 1976).

André Barelier, Hommage à César, bronze, 1989
Collection particulière

André Barelier, Le Téléphone, bronze, 1999
Faubourg de l’Arche de la Défense

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour , Monsieur A Barelier
Je suis amateur d'art et admiratif devant le bronze nommé le téléphone à la défense . Mais aucune annotation est inscrite sauf ; Romain Barelier et Deroyaume pour le bronze ? Les voisins ou les personnes interrogées dans le secteur sont ignorants ... Je pensais que cela représente Martin Cooper : l'inventeur du tel portable

Laurent Noet a dit…

Romain Barelier est le fils d'André Barelier et exerce la profession de fondeur d'art.