jeudi 3 mars 2011

Atlantes (Antoine Bontoux et André Mouren sculpteurs)

Je vous livre ce matin une notice de mon amie Florence Marciano, publiée dans le petit fascicule de l’Essor consacré à l’exposition Figures en façades qui s’est tenue à la Préfecture des Bouches-du-Rhône lors des journées du patrimoine en septembre 2005 :

Antoine Bontoux et André Mouren, Atlantes, pierre, vers 1864
14 rue de Rome, 1er arrondissement

L’immeuble situé 14 rue de Rome appartient à cette période si féconde de l’embellissement du centre de Marseille. Il figure en effet dans les cadastres antérieurs et a été probablement reconstruit… ou du moins sa façade totalement refaite au goût du jour par l’insertion de deux atlantes baroques, ployés sous le poids du balcon du premier étage, dans une façade par ailleurs richement ornée. Tout d’abord, ces atlantes, très fouillés et d’une belle facture, rappellent les riches heures baroques de Marseille ; de plus, ils font face à la placette dégagée par le pan coupé de la maison du Pierre Puget, emplacement particulièrement évocateur du grand artiste. Ensuite, ils sont signés : les deux sculpteurs – Antoine Bontoux (1804-1892) et André Mouren (?-?) – sont beau-père et gendre. Ce décor peut se percevoir comme le témoignage d’une transmission de savoir-faire intergénérationnel. Antoine Bontoux est alors professeur à l’École des Beaux-Arts de Marseille depuis l’ouverture de la classe de sculpture en 1848 et il cautionne, en se nommant, la présence de son beau-fils comme collaborateur. L’œuvre marque également sa consécration d’artiste, démentant la réputation de statuaire assez médiocre qui lui colle à la peau. Il est toutefois difficile de dire qui a fait quoi dans l’ensemble du décor : l’élève a-t-il simplement servi de praticien ? ou d’ornemaniste ? ou bien a-t-il traité à part égale avec son beau-père ? Enfin, dernière particularité, les traits négroïdes des atlantes font référence à la situation géographique et commerciale de Marseille, Porte de l’Orient… et visiblement de l’Afrique noire : n’oublions pas que le général Faidherbe entreprend la conquête du Sénégal entre 1854 et 1865 !

Antoine Bontoux et André Mouren, Atlantes, pierre, vers 1864
(détails et signature)
14 rue de Rome, 1er arrondissement

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Paul Mouren l'architecte marseillais était-il le fils d'André ?

Anonyme a dit…

André Mouren (1823-1889), architecte, n'a pas eu d'enfant. Mon arrière-grand mère, Andréa Lallemand, petite-fille de sa femme, était sa seule héritière.

GUEDER