jeudi 28 avril 2011

Maurice Mangepan-Flégier

Maurice Mangepan-Flégier (Plan-de-Cuques, 1903 – Marseille, 1985), sculpteur et médecin


En 1919, il fait son entrée à l’École des Beaux-Arts de Marseille, dans la section de sculpture où il obtient de nombreux prix ; parallèlement, il taille des tombes et des cheminées chez un marbrier afin de payer ses études de médecine. Il commence à montrer ses œuvres au public marseillais à partir de 1925 : buste d’Honoré Daumier exposé à la bibliothèque municipale pour le cinquantenaire de la mort de l’artiste (1925), portrait du poète Elzéard Rougier inauguré sur la façade de son immeuble (1928), buste de M. Brunet, directeur de l’Opéra de Marseille présenté au Salon de l’Union des Artistes de Provence (1929)… Il réalise le masque funéraire de son oncle, le compositeur Ange Flégier, en 1928 ; la municipalité phocéenne lui commande alors un étude pour un monument qui n’aboutit pas.

Maurice Magepan Flégier, Elzéard Rougier, bas-relief bronze, 1928
53, cours Franklin Roosevelt – 1er arrondissement

Sans abandonner sa vocation artistique, il devient l’un des premiers directeurs de cliniques privées de Marseille : en 1931, il préside à l’ouverture des clinique Flégier (13e arrondissement), du château La Verdière (13e arrondissement) et du Marin (2e arrondissement). Néanmoins, à la retraite en 1960, il se retrouve sans moyens financiers : il loue alors une ruine au Rove, sans eau ni électricité, qu’il retape. Il se remet à exposer ses sculptures, de plus en plus abstraites : expositions dans son atelier au Rove (1960, 1970), à Fontenaille à Aix-en-Provence (1966), au Concorde-Prado à Marseille (1970)… En 1970, il quitte le Rove et s’installe dans sa famille à Cabriès où il transforme une grange en atelier. En 1981, il souffre des prémices de la longue maladie qui le tuera en 1985. En 1995, sa famille organise une rétrospectives de ses œuvres à l’hôtellerie de la Sainte-Baume. Le modèle plâtre du portrait d’Elzéard Rougier est alors offert à l’écomusée de la Sainte-Baume.

PS : Yvane Besson, la fille de Maurice Mangepan-Flégier qui m’a fourni la biographie de son père, me signale qu’elle possède encore quelques œuvres originales dont elle souhaite se défaire (le masque funéraire d’Ange Flégier notamment). Si quelqu’un est intéressé, qu’il n’hésite pas à prendre contact avec moi, je transmettrai la demande.

Aucun commentaire: