jeudi 14 juillet 2011

L’Ange à la trompette (d’après Giulio Monteverde sculpteur)

Les rapports entre Marseille et l’Italie, notamment Carrare et Gênes, sont anciens dans la petite sphère de la sculpture. Au XVIIe siècle, Pierre Puget passe de nombreuses années dans la capitale ligure ; au XIXe siècle, de nombreux sculpteurs transalpins se réfugient dans la cité phocéenne, fuyant la crise économique ou les répressions politiques. Pour autant, des contacts artistiques évidents entre les deux pays subsistent... Et le cimetière Saint-Pierre de Marseille est le meilleur endroit pour s’en rendre compte.
En 1882, le sculpteur italien Giulio Monteverde (1837-1917) réalise un séduisant Ange à la trompette pour la tombe Oneto au cimetière Staglieno de Gênes. Ce modèle est connu et reproduit au cimetière Saint-Pierre. C’est le cas pour la tombe de la famille Pierre Ferrat ; ici, la copie n’est pas signée. Plus intéressante est la tombe de la famille Joseph Frugoni. En effet, Joseph Frugoni est un sculpteur italien actif à Marseille de 1897 à 1923 ; lorsqu’il duplique l’œuvre de Monteverde pour sa sépulture familiale, il assume son emprunt en signant sa copie : Frugoni / d’après Monteverde.

Giulio Monteverde, Ange à la trompette, marbre, 1882
Tombe Oneto, cimetière Staglieno, Gênes, Italie


D’après Giulo Monteverde, Ange à la trompette, marbre
Tombe Pierre Ferrat, cimetière Saint-Pierre, 10e arrondissement


Joseph Frugoni, Ange à la trompette, marbre
Tombe Joseph Frugoni, cimetière Saint-Pierre, 10e arrondissement

Aucun commentaire: