samedi 14 janvier 2012

Jacques Choquin


Jacques Choquin, Fernandel, buste, bronze, 2008
(ensemble et signature)
Angle des Boulevards Chave et Eugène Pierre, 5e arrondissement

Depuis quelques années, à l’angle des boulevards Chave et Eugène Pierre, se dresse le Monument à Fernandel (1903-1971) dû au sculpteur Jacques Choquin. C’est donc l’occasion de donner la notice de cet artiste qui figure dans le Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence Alpes Côte d’Azur :

Choquin Jacques (Sassenage, Isère, 1er novembre 1942), sculpteur
Élève de l’École des Beaux-Arts de Marseille à partir de 1958, il obtient les diplômes nationaux de décoration, puis de sculpture. Il poursuit ses études à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris dans l’atelier d’Adam qui l’oriente vers la sculpture monumentale. C’est ce qu’il fait à partir de 1966 : escalier métallique du consulat de Turquie (Marseille), bas-relief en cuivre rouge du Crédit Agricole d’Arles… Il réalise également des sculptures animalières en béton blanc pour des aires de jeux et notamment pour le patio de la crèche municipale du Pharo (Marseille, 1968), le Club la Pelle (Marseille, 1969), le parc de la Rouvière (Marseille, 1970), la ZUP de Martigues (1971), l’IUT de Nîmes (1971), le groupe scolaire des Baumes (Istres, 1974), le jardin municipal de Cassis (1977)… Il décore de bas-relief l’entrée de l’immeuble Le Méditerranée (avenue Cantini, Marseille, 1968) et le CHU de Vence (1969). Il conçoit des plantes géantes – algues, fougères, fleurs – pour le CES de Sainte-Marthe (Marseille, 1974), le lycée et le CET de Marignane (1976), la Rochaille (Praloup, 1977). On lui doit encore La Cité des Oiseaux pour le CES Romain Rolland à La Capelette (Marseille, 1983), Signal pour le Crédit Agricole du Bd de Hambourg (sculpture en béton noir et résine époxy, Marseille, 1983), onze personnages pour le lycée hôtelier de Bonneveine (Marseille, 1984). Au demeurant, il est professeur à l’École d’Art et d’Architecture de Luminy depuis 1976.

Aucun commentaire: