dimanche 4 novembre 2012

Les fontaines du Second Empire et de la Troisième République 4


Et la chute de l’Empire ne change rien ! En effet, le remboursement des emprunts contractés pour les grands travaux d’urbanisme sous le régime précédant grève lourdement les budgets municipaux et hypothèque tous désirs d’ornementation publique jusqu’à la Première Guerre mondiale. De fait, la Ville ignore la nouvelle proposition de fontaine pour l’entrée de la colline Puget émanant du sculpteur Jean-Barnabé Amy (1839-1907) en 1881. Plus grave, faute d’un financement suffisant, elle doit abandonner la rénovation des vieux quartiers situés derrière le palais de la Bourse qui, du reste, a fait l’objet d’un concours national en 1906 : le nouvel hôtel de ville, les immeubles d’habitation, la place dédiée au négoce et son colossal Monument à la Navigation, au Commerce et à l’Industrie ne verront par conséquent jamais le jour, au grand dam des architectes lauréats, Henri Ébrard (1876-1941) et André Ramasso.

Jean-Barnabé Amy, Fontaine du cours Puget et groupe allégorique, dessin aquarellé sur calque, 1881
Archives municipales de Marseille, 31 Fi 60

Henri Ébrard & André Ramasso, Monument à la Navigation, au Commerce et à l’Industrie, gravure, 1906
Archives municipales de Marseille, 63 ii 4

En définitive, les rares fontaines sculptées financées par les édiles entre 1852 et 1914 possèdent une ampleur modeste. Elles revêtent essentiellement la forme de bas-reliefs plaqués contre une architecture : la Fontaine de la Joliette s’inscrit ainsi dans l’escalier de la cathédrale (Ottin sculpteur, 1859) tandis que la Fontaine Espérandieu (1870) de Jules Cavelier (1814-1894) et Lucien Chauvet (1832-?) s’appuie sur la façade de l’École des Beaux-Arts. Seule la fontaine du grand bassin du parc Borély (1864) apparaît plus imposante : au relief de Pierre Travaux (1822-1869), la France protégeant la réunion de la mer Rouge à la Méditerranée, s’ajoutent deux Griffons en ronde-bosse par Chauvet.

Fontaine de la Joliette, bois couleur, vers 1860-1865
Musée d’Histoire de Marseille, 1981.7.42

Fontaine Espérandieu, gravure, 1876
Archives municipales de Marseille, 63 ii 3

Pierre Travaux, La France protégeant la réunion de la mer Rouge à la Méditerranée, bas-relief en pierre, 1864
Parc Borély, 8e arrondissement

Aucun commentaire: