mercredi 6 mars 2013

L’Assurance Vieillesse (Carlo Sarrabezolles sculpteur)

Presque vingt ans après la construction de l’église Saint-Louis de Marseille, l’architecte Jean-Louis Sourdeau (1889-1976) construit l’immeuble administratif de la Caisse régionale de l’Assurance Vieillesse des travailleurs salariés du Sud-Est, rue George. Il confie une nouvelle fois le décor de son bâtiment Carlo Sarrabezolles (1888-1971).


Jean-Louis Sourdeau, Caisse régionale d’Assurance Vieillesse, 1953-1954
Rue Georges, 5e arrondissement

Le 24 avril 1953, Sourdeau écrit au sculpteur : « Je t’envoie deux façades sur lesquelles je voudrais qu’il soit fait deux éléments sculpturaux, ayant un rapport, même de très loin, avec l’assurance vieillesse. / Je ne tiens pas du tout à un figuratif littéraire et préfèrerais quelque chose qui ne soit pas grandiloquent. / Il s’agit de deux bas-reliefs de 3 mètres de hauteur sur 2 mètres de large […] / On te fournirait le béton coffré et il faudrait que tu puisses me donner un prix pour la sculpture des deux bas-reliefs sur place. On s’arrangerait à te loger et à te nourrir dans des conditions humaines. / […] Ces deux bas-reliefs devraient ne pas dépasser en paiement direct à toi que [sic] 750000 frs. » (archives de la famille Sarrabezolles)
Finalement, il est décidé de réaliser qu’un seul relief sur la façade ouest moyennant 450000 frs. Aux mois d’octobre et novembre 1954, Sarrabezolles produits plusieurs projets iconographiques qui aboutissent à l’œuvre sculptée. Deux travailleurs – homme et femme – entourés des emblèmes du Travail supportent, tels des cariatides, les symboles d’une vieillesse heureuse : une maison baignée d’un soleil radieux. L’œuvre est achevée en 1954.

Carlo Sarrabezolles, L’Assurance Vieillesse, béton, 1954
Rue Georges, 5e arrondissement

Aucun commentaire: