jeudi 15 août 2013

Alexandre Renaud

Voici une nouvelle notice – remaniée – de mon Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence Alpes Côte d’Azur. En visitant le Mucem, je suis tombé sur une maquette du sculpteur Alexandre Renaud : c’est donc l’occasion de le présenter.

Renaud Alexandre Charles (Spoix, Côte d’Or, 1756 – Pensing, Autriche, 1815), sculpteur
Lauréat en 1776 du Grand Prix institué en 1775 par les États de Bourgogne, il effectue un séjour à Rome de 1777 à 1781. Membre de l’Académie de Florence en 1784, il se fixe cette année-là à Marseille et y demeure jusqu’en 1806. En 1787, il est nommé professeur à Académie de Peinture et de Sculpture phocéenne. Révolutionnaire, membre du club des Jacobins, il se montre très engagé dans ses actes et dans ses œuvres. Dans la nuit du 29 au 30 avril 1790, il fait partie des cinquante Marseillais qui prennent d’assaut la citadelle de Notre-Dame de la Garde. En 1790 toujours, il propose d’ornementer la rocaille de la fontaine dédiée au prince de Beauvau, gouverneur de Provence, et érigée sur les allées de Meilhan (auj. allées Gambetta & Canebière) à Marseille ; il imagine le Triomphe de la nouvelle législation qui aurait comporté cinq allégories. Il récidive en 1792 avec un projet de Jugement dernier des rois dans lequel Minerve écrase le Despotisme et l’Aristocratie tandis que l’Océan, la Méditerranée, le Rhône et la Durance jettent leurs eaux dans le bassin. En septembre de la même année, il projette de remanier l’écusson de Puget à l’hôtel de ville. En janvier 1795, après concours, il reçoit commande pour ledit hôtel de ville d’une cheminée destinée à remplacer celle de Puget détruite le 30 janvier 1794 en représailles au mouvement fédéraliste ; l’iconographie illustre le Triomphe de la République sur le fédéralisme. La cheminée est mise en place le 6 avril 1797. On trouve ses œuvres dans plusieurs musées : à Aix-en-Provence (La Mort de Socrate, bas-relief cire, vers 1790), à Bordeaux (Le Triomphe de la République, relief plâtre, 1796), à Marseille (maquette de la cheminée de l’hôtel de ville de Marseille – musée des Beaux-Arts).

Alexandre Renaud, Allégorie du serment civique, Constitution de l’an II
Maquette en plâtre de la cheminée de l’hôtel de ville de Marseille, 1794
Musée des Beaux-Arts de Marseille

Aucun commentaire: