mardi 8 avril 2014

Charles Delanglade (Hippolyte Lefebvre sculpteur)

Anonyme, Charles Delanglade, photographie, 1901
Collection personnelle

Parallèlement à des études de droit – il obtient sa licence le 5 novembre 1892 – à Aix-en-Provence, Charles Delanglade (1870-1952) prend des cours de sculpture, le dimanche, dans l’atelier privé d’Émile Aldebert (1828-1924). Puis, le 1er décembre 1893, il intègre l’atelier de Jules Cavelier (1814-1894) à l’École des Beaux-Arts de Paris. Grand bourgeois, il sculpte par passion et non pour gagner sa vie. En 1896, après deux années aux Beaux-Arts, il décide de se rendre à Rome par ses propres moyens. Il est hébergé à la Villa Médicis, parmi les prix de Rome dont son concitoyen Constant Roux (1865-1942).

Hippolyte Lefebvre, Charles Delanglade, plaquette bronze, 1896
Collection personnelle

Il y rencontre également Hippolyte Lefebvre (1863-1935), grand prix de sculpture de 1892. Ce dernier réalise alors son portrait en bas-relief. Il le représente de profil droit, assis dans un fauteuil, drapé d’un plaid et fumant le cigare lors d’une soirée à la Villa Médicis. Plus tard, Lefebvre en tire une plaquette, éditée en bronze par maison d'édition de médailles et insignes Janvier-Berchot,  installée 22 rue de Montmorency à Paris. Le sculpteur expose très certainement ladite plaquette, avec d’autres, dans la section gravure en médaille du Salon des artistes français de 1898 (n°3989 – un cadre de médailles). Un autre exemplaire de cette œuvre est conservé au Musée de la Monnaie à Paris (MED 073478).
Charles Delanglade semble tirer un grand profit de cette rencontre. C’est sans doute auprès de Lefebvre qu’il se forme à la gravure en médaille, activité qu’il exerce assidument entre 1906 et 1918. Par ailleurs, c’est chez Janvier-Berchot qu’il édite plusieurs de ses pièces, notamment la plaquette commémorative de son frère Édouard (cf. notice du 24 octobre 2009).

Aucun commentaire: