jeudi 5 mars 2015

Fontaine Bonaparte (Barthélemy Chardigny sculpteur)

J’ai trouvé au Cabinet des médailles de Marseille – lequel se situe dans l’enceinte des Archives municipales, rue Clovis Hugues – l’un des rares visuels de la Fontaine Bonaparte. Il s’agit du revers d’une médaille, gravée par Pierre Poize en 1802. C’est l’occasion de revenir sur le destin de cette œuvre dont il n’existe plus que la colonne aujourd’hui.

Pierre Poize, Fontaine Bonaparte, médaille or, 1802
Cabinet des médailles

Charles Delacroix, premier préfet des Bouches-du-Rhône, initie un programme de fontaines décoratives et commémoratives au cours de son mandat. Il en prévoit une en l’honneur du Premier consul pour embellir le cours Bonaparte (aujourd’hui cours Pierre Puget). Pour ce faire, le Conseil municipal commande, le 18 février 1801, un buste pour couronner une colonne antique offerte par la Ville d’Aix-en-Provence et trois bas-reliefs pour le piédestal à Barthélemy Chardigny (1757-1813).
La pose de la première pierre intervient le 13 novembre 1801 ; le monument est achevé en juillet 1802. Malheureusement, son caractère politique nuit rapidement à sa pérennité. En 1814, une fleur de lis dorée remplace le buste et, en 1816, la dédicace « À Bonaparte / Vainqueur et Pacificateur / Marseille reconnaissante » est effacée. Enfin, en 1818, la fontaine est supprimée ; seule la colonne antique est conservée et placée au sommet du jardin de la Colline (aujourd’hui colline Puget).

Anonyme, Colline et colonne Bonaparte, gravure, vers 1865-1870

Sous le Second Empire, en 1858, la municipalité refait le chapiteau et réinstalle un buste de Bonaparte. Cependant, après la chute du régime, en 1873, un buste de Pierre Puget, sculpté en 1816 par Jean-Joseph Foucou (1739-1821) lui est définitivement substitué.

Aucun commentaire: