samedi 6 février 2016

L’exposition Constant Roux au Cercle artistique de Marseille

Le Cercle artistique de Marseille est fondé en 1867 à l’initiative de Jules Charles-Roux (1841-1918) et se double, dès l’origine, d’une Société des amis des arts. Le premier s’occupe de littérature, de conférences et de concerts tandis que la seconde s’attèle aux expositions de peintures et de faïences. La sculpture n’y est jamais mise à l’honneur, exceptée au printemps 1899 où sont présentées quelques œuvres de Constant Roux (1865-1942), alors pensionnaire à la Villa Médicis. L’article d’Émile Comminges « Au Cercle Artistique : l’exposition de sculpture de M. Constant Roux, Grand Prix de Rome », publié dans Le Petit Marseillais du 30 avril 1899, décrit en détail cette exposition :

« L’exposition de M. Constant Roux n’a pas l’importance des expositions précédentes de peinture ou de décorations : elle ne comprend que sept œuvres, mais des œuvres qui retiennent longuement l’attention des visiteurs et donnent d’intéressantes indications sur le talent du jeune homme. 
Après avoir admiré la photographie de la belle composition statuaire qui valut à M. Constant Roux le Grand Prix de Rome de 1894, et qui dans d’impeccables formes de lignes et de style représente Achille se préparant au combat, les visiteurs s’arrêtent devant un superbe marbre, l’Amour au guet, d’une admirable allure et d’une gracieuse silhouette. C’est une œuvre qui dénote un artiste sûr de sa maîtrise, auréolant son marbre d’un rayon de poésie.

Achille, photographie, 1894
Documentation du musée d’Orsay

L’Amour au guet, marbre, 1896
Collection particulière

La Tentation d’Ève est un marbre d’une captivante facture, d’une pureté de lignes qui donnent la sensation véritable du Beau. La Naïade endormie est un exquis poème de la chair, d’une si réelle vérité esthétique qu’on ne sait pas en l’admirant étendue sur le sable parsemé de coquillages, si c’est à la forme ou à l’idée que vont les approbations.

La Tentation d’Ève, marbre, 1896-1898
Vendue chez Sotheby’s à Londres le 2 juillet 2013

Naïade endormie, version en marbre rose, s.d.
Vente de la succession Juliette Roux, Marseille, 5 avril 1997

L’exposition est complétée par un joli bas-relief en bronze : la Vendange aux environs de Rome, d’une très artistique composition, par un buste très vivant en plâtre de M. Recoura qui fut comme lauréat d’architecture le compagnon de loge à M. Constant Roux à la Villa Médicis, par deux bustes de l’Amour, un en marbre, l’autre en bronze, d’une gracieuse inspiration. »

Vendange aux environs de Rome, bronze, 1899
Collection particulière

Amour, dit aussi Achille enfant, bronze, 1896-1899
Collection particulière

Aucun commentaire: