lundi 6 juin 2016

Monument aux morts de Saint-Just / Malpassé (sculpteur inconnu)

Tous les quartiers marseillais, notamment les plus populaires, ne trouvent pas les moyens d’ériger un monument commémoratif très sculpté et spectaculaire. Certains même sont obligés de s’unir, comme Saint-Just et Malpassé, pour parvenir à leurs fins. Et encore doivent-ils compter sur les subventions publiques ! La Ville accorde ainsi au comité regroupant Saint-Just et Malpassé une aide de 500 francs (1D214, p.368, délibération du Conseil municipal du 20 septembre 1921). C’est – hélas ! – loin d’être suffisant puisque, le 21 avril 1923, le président dudit comité réclame encore au Conseil général « une subvention d’une certaine importance » pour permettre l’érection du monument.

Archives départementales des Bouches-du-Rhône 3 O 58-68
Lettre du président du comité Saint-Just / Malpassé, 21 avril 1923

Au demeurant, la Ville octroie au comité un emplacement sur la voie publique, en l’occurrence sur l’avenue de Saint-Just au niveau de l’arrêt de bus Saint-Just Raguse (1D214, p.251-252, délibération du Conseil municipal du 26 juillet 1921).
Comme souvent dans ces circonstances, la conception du monument est confiée au service de l’architecte en chef de la Ville Léonce Muller (1859-1935). Pour Saint-Just / Malpassé est imaginé un obélisque en pierre arborant un canon et un fusil entrecroisés avec un faisceau de licteur – emblème républicain – surmonté d’un casque de poilu ; au sommet se dresse un modeste coq de bronze, symbole de vigilance. De part et d’autre de l’obélisque, un mur en arc de cercle accueille les noms des enfants des deux quartiers morts pour la Patrie.

Léonce Muller ?, Projet de monument pour Saint-Just / Malpassé
30 juin 1922 © Archives municipales 613 W 386

Léonce Muller ?, Monument aux morts de Saint-Just / Malpassé, 1923
Avenue de Saint-Just, 13e arrondissement

Aucun commentaire: