lundi 24 juillet 2017

Le Bateau (Stéphane Hanrot architecte)

Voilà longtemps que je n’avais vu la place du Général-de-Gaulle aussi attrayante. L’aménagement actuel met en valeur la fontaine de l’architecte Stéphane Hanrot (né en 1956).

Stéphane Hanrot, Fontaine, 1995
Place du Général-de-Gaulle, 1er arrondissement

Celle-ci est érigée en 1995, à la faveur de la construction du parking souterrain et du réagencement de la place. Son concepteur lui confère une monumentalité contrastant avec le minimalisme des miroirs d’eau qui se sont multipliés dans la dernière décennie du XXe siècle. En effet, Stéphane Hanrot, en tant qu’architecte et enseignant-chercheur à l’ENSA de Marseille, est aussi attaché à l’architecture qu’au paysage urbain : son credo consiste à mieux connaître les qualités d’un environnement pour contrecarrer les processus de « médiocrisation » du cadre de vie.
La fontaine joue sur un contraste de courbes opposées entre une base massive en pierre et un bassin métallique traité tout en légèreté. Suspendu au-dessus du sol par une quille, le bassin évoque la coque d’un voilier glissant sur les flots… d’où son surnom de « bateau ». L’eau, par un système de débordement, tombe de la partie supérieure en rideau sur la base où est gravée la devise de la cité phocéenne : « Actibus immensis urbs fulget Massiliensis » (La Ville de Marseille resplendit par ses hauts faits).

samedi 15 juillet 2017

Déménagement du Chevalier Roze

Il arrive – plus fréquemment qu’on se l’imagine – que les sculptures monumentales déménagent. Souvent, l’on convoite leur emplacement pour un nouvel aménagement. Plus rarement, une statue retrouve son site d’origine. C’est ce qui est arrivé récemment au buste du Chevalier Roze (1675-1733), réalisé en 1880 par le sculpteur marseillais Jean Hugues (1849-1930).
Je ne reviendrai pas sur son histoire ; il suffira de se reporter à la notice que je lui ai consacrée le 11 mars 2008. L’œuvre, érigée en 1886 sur une architecture murale à la Tourette, reste en place au moins jusqu’en 1952.
                             
Karl, Monument du Chevalier Roze à la Tourette,
Gravure, vers 1886-1890

Baron, Monument du Chevalier Roze à la Tourette,
Photographie du 5 février 1952

Le buste en bronze est déménagé alors au square Fontaine Rouvière, où il demeure jusqu’à cette année. Un élu a sans doute eu l’idée pertinente de rapprocher le héros de la peste de 1720 du lieu de ses hauts faits. Du coup, la sculpture a été rapatriée à la Tourette et placée – dans une mise en scène minimaliste – contre l’église Saint-Laurent.

Jean Hugues, Le Chevalier Roze, bronze, 1880
Esplanade de la Tourette, 2e arrondissement