jeudi 12 octobre 2017

Le peintre Georges Chauvier de Léon (Émile Aldebert sculpteur)

Samedi 14 octobre, le commissaire-priseur marseillais Damien Leclère vend aux enchères un petit buste en bronze, haut de 37 cm, représentant le peintre Georges Chauvier de Léon (Paris, 1835 – Sanary-sur-Mer, 1907). Cet artiste parisien effectue ses études artistiques à Marseille - il habite au n°39  de la rue Saint-Jacques - sous la férule d’Émile Loubon (1809-1863) et se fait une spécialité des paysages camarguais qu’il expose dans la capitale au Salon des artistes français. Il fréquente également les expositions régionales de Montpellier, Nîmes, Toulon et bien sûr Marseille.

Georges Chauvier de Léon, Paysage en Camargue
Vente Leclère, lot 28

Georges Chauvier de Léon, Les-Saintes-Maries-de-la-Mer
Vente Leclère, lot 33

Le sculpteur Émile Aldebert (Millau, 1827 – Marseille, 1924), autre élève de Loubon, réalise son portrait en 1879. L’activité du modèle est rappelée par la palette et les pinceaux sis sur le piédouche. Le petit format du buste montre qu’il s’agit d’une œuvre intime et non une commande officielle, ce que corrobore la dédicace gravée sur le côté : à mon ami / Chauvier de Léon / E. Aldebert / 1879. L’estimation de ce beau portrait est de 500/700 €.
Émile Aldebert, Georges Chauvier de Léon, bronze, 1879
Vente Leclère, lot 31

mardi 3 octobre 2017

La Mer et l’Océan (Armand Toussaint sculpteur)

Pascal Coste, Palais de la Bourse, façade principale
9 La Canebière, 1er arrondissement

Le 11 août 1857, la Chambre de Commerce de Marseille accepte les sculpteurs proposés par l’architecte Pascal Coste (1787-1879) pour décorer le palais de la Bourse alors en chantier. Le sculpteur parisien Armand Toussaint (1806-1862) obtient la réalisation d’un long bas-relief pour la loggia à colonnade et du couronnement de l’attique moyennant 38 000 francs.
L’artiste, élève de Pierre-Jean David d’Angers (1788-1856), obtient un Second Grand Prix de Rome en 1832. Cela lui ouvre les portes des grands chantiers de la capitale (Notre-Dame de Paris, Palais de Justice, Sainte-Clotilde, Louvre). Parallèlement, il exerce comme professeur de sculpture à l’École des beaux-arts de Paris et, en 1852, il est nommé chevalier de la Légion d’honneur. C’est donc un artiste très officiel qui reçoit la principale commande décorative de la façade.

Armand Toussaint, La Mer et L’Océan, 1859
Couronnement de l’attique du palais de La Bourse

Pour le couronnement de l’attique, l’iconographie figure La Mer (Méditerranée) et l’Océan encadrant le blason de la ville de Marseille couronné de rameaux de chêne (Force) et d’olivier (Paix). Les deux allégories reprennent la tradition des divinités marines de l’antiquité, armées d’un trident. Toussaint sculpte son modèle dans son atelier parisien. Puis, à partir de mai 1859, ses praticiens descendent à Marseille pour dégrossir la pierre et reproduire la maquette à l’échelle. Le sculpteur, pour sa part, n’arrive que le 5 septembre suivant pour achever la taille ainsi que signer et dater son œuvre en bas à droite. La tâche est terminée le 9 septembre 1859.