samedi 11 novembre 2017

Monument aux morts de la Tourette (Georges Ricaud sculpteur)

Ce jour de commémoration de l’Armistice de 1918 semble le moment idéal pour revenir sur les monuments aux morts marseillais de la Grande Guerre. Il en est un qui se détache du lot, celui de la Tourette, accolé à l’église Saint-Laurent, réalisé en… 2009 ! Il représente un poilu hurlant, enserrant d’un bras protecteur une mère et son enfant, symbole des populations civiles et de la Nation. Cette sculpture de bronze ne se substitue pas à un monument disparu : en effet, seuls trois noms figurent sur la plaque commémorative pour la période 1914-1918, soit trop peu pour ériger alors un cénotaphe dans ce quartier populaire.

Georges Ricaud, Monument aux morts de la Tourette
Esplanade de la Tourette, 2e arrondissement
Ensemble et détail


Ce monument est l’œuvre d’un touche-à-tout : l’Auvergnat Georges Ricaud (né en 1941) est peintre et sculpteur, mais a également été graphiste publicitaire, photographe de mode, chef d’entreprise et restaurateur. Il se forme aux beaux-arts à Roubaix et Tourcoing (son père est Lillois) ainsi qu’à Bruxelles (sa mère est Belge). Il découvre Marseille en 1960 au moment de son service militaire en Algérie. C’est un coup de foudre pour la cité phocéenne : il s’y installe en 1965 et ne la quittera qu’à la fin de l’année 2011, deux ans après l’inauguration de son monument, pour emménager dans le Gers.

Aucun commentaire: